WILLIAM FRANCK

QUI SUIS-JE ?

 

Je suis un gars…  c’est déjà pas mal de s’être rendu compte de ça, ce n’est pas forcément évident pour tout le monde ; un gars amoureux de la musique des mots.

J’écris depuis le début des années 90, des poèmes, des paroles de chansons, des nouvelles, des saynètes de théâtre… Oui ! J’écris.

Ah !... J’ai aussi une comédie musicale à l’actif de ma plume !

 

Le chant est ensuite venu à moi naturellement. A moins que ce ne soit l’inverse… Les mots formaient des phrases, des couplets, des refrains, des lignes mélodiques qui résonnaient dans ma tête ; j’ai voulu les partager. Ça, c’est mon côté généreux.

 

J’ai alors pris des cours de chant à Bordeaux (33) en passant par le CMA (école de Joseph Ganter), le CIAM, puis des cours particuliers auprès d’Olivier Békrétaoui qui est devenu un ami et un fidèle collaborateur : il faut dire qu’il est un compositeur de génie et professionnellement choriste à l’Opéra de Bordeaux !!!

 

J’ai ensuite rencontré Patrick Untz, guitariste compositeur, avec qui  nous avons monté un groupe qui a eu plusieurs noms : les Mélomaniaques, Carpe Diem, Comptes de faits...  Nous avons pas mal tourné dans le libournais avec nos propres compositions et nous avons enregistré un album de 11 titres.

 

La scène, je l’ai surtout abordée par le théâtre. Amateur certes, mais théâtre tout de même. J’ai travaillé sous la direction de Patrick Guichard et de Michel Mirambeau sur Libourne (33), puis de David Sanhes  du Théâtre des Deux Mains de Villeneuve de Marsan (40) ; j’ai abordé les classiques, le contemporain et le clown théâtre.

 

De ce riche mélange des origines et des rencontres est né le spectacle « Monsieur William » mêlant poèmes mis en scène (par David Sanhes) et chansons de mon cru que j’ai présenté en octobre 2006 dans le cadre du festival « Un souffle sur les planches » organisé tous les deux ans par la troupe de la « Boîte du Souffleur » de Saint Pierre du Mont (40).

 

Je participe aussi à quelques lectures de mes poèmes, de ci de là, notamment chaque année à Cenon (33) dans le cadre du « Printemps des poètes » organisé par la commune girondine ou je présente également une de mes chansons.

 

 

MES PROJETS EN MUSIQUE

 

Ouh lala !!!... ça bouillonne sous le chapeau !!!

Avec Olivier, nous avons une quinzaine de titres sur le feu qui doivent nous servir à enregistrer un prochain album.

Je vous ai dit avoir écrit une comédie musicale : livret et paroles entièrement en octosyllabes ; c’est Olivier qui a la rude charge de composer les mélodies… mais je ne m’inquiète pas, il en a la stature et le talent… c’est juste moi qui suis impatient de voir naître ce projet qui me tient tant à cœur !

Avec Patrick, nous avons en projets la reprise de morceaux de notre album commun ainsi que de nouvelles créations.

Je souhaite aussi renouveler l’expérience joyeuse du spectacle mêlant poèmes et chansons.  Et pour cela, il me faut étoffer mon répertoire. C’est pourquoi je cherche d’autres compositeurs avec qui travailler.

Il faut dire que j’ai plus de 200 textes en attente...

J’ai là matière à proposer à d’autres artistes en recherches de paroles…

 

A suivre…

 

Laissez-vous embarquer dans mon voyage en visitant mon SITE

 

« http://williamfranck.musicblog.fr »

 

pour avoir un aperçu plus étendu de mon univers, de mon style d’écriture, puisqu'il semblerait que j'en ai un...

 

Voici aussi l’adresse de mon Myspace, tant que nous y sommes :

 

http://www.myspace.com/williamfranck

 

Allez, et que vive la MUSIQUE !!!

 

WF

samedi 12 avril 2008 21:54 , dans Biographies


Personne n’est parfait - William FRANCK


composition de William FRANCK

 

Parfaitement,

Est un mot qui vous use,

Qui noue les sentiments,

Fuit les idées confuses ;

Obstinément

Il s’acharne, il récuse,

La faiblesse en rêvant

De science infuse...

 

Toujours faire de son mieux,

C’est épuisant,

Et laissez-moi vous dire un peu

Que je ne suis pas un géant !

 

Refrain :

 

Personne n’est parfait,

Surtout pas moi,

J’en suis fort désolé

Mais c’est comme ça !

Non ! Personne n’est parfait,

Ne rêvez pas !

Ce n’est pas un secret

Et c’est bien comme ça !

 

Parfaitement,

Est un mot qui refuse

Le ressentiment,

Les remords, les excuses ;

Entêtant

Car même s’il accuse

Le poids des ans

Toujours il abuse !

 

Jouer à qui peut mieux,

C’est envoûtant !

Et même si je n’ai pas froid aux yeux

Je vous dirais très humblement !

 

Au refrain

 

Depuis le premier jour

La haine et l’amour

Se déchirent sans fin...

Tous les Abel et Caïn

(Cahin-caha)

Refont,

Défont

Le monde... à tours et tours de bras !

 

Au refrain x3

 

 

Propriété de l’auteur, William Franck LARQUE

samedi 12 avril 2008 21:48 , dans Chansons - Opérettes - Opéras


Mon légionnaire – Edith PIAF


Paroles de Raymond ASSO & Musique de Marguerite  MONNOT

 

Il avait de grands yeux très clairs

Où parfois passaient des éclairs

Comme au ciel passe des orages

Il était plein de tatouages

Que je n’ai jamais très bien compris

Son cou portait "pas vu pas pris"

Sur son cœur on ne lisait « personne »

Sur son bras droit un mot « raisonne »

 

Je sais pas son nom je ne sais rien de lui

Il ma aimé toute la nuit

Mon légionnaire

Et me laissant à mon destin

Il est parti dans le matin

Plein de lumière

Il était mince il était beau

Il sentait bon le sable chaud

Mon légionnaire

Y avait du soleil sur son front

Qui mettait dans ses cheveux blonds

De la lumière

 

Bonheur perdu bonheur enfui

Toujours je pense à cette nuit

Et l’envie de sa peau me ronge

Parfois je pleure et puis je songe

Que lorsqu’il était sur mon cœur

J’aurais dû crier mon bonheur

Mais je n’ai rien osé lui dire

J’avais peur de le voir sourire

 

Je sais pas son nom je ne sais rien de lui

Il ma aimé toute la nuit

Mon légionnaire

Et me laissant à mon destin

Il est parti dans le matin

Plein de lumière

Il était mince il était beau

Il sentait bon le sable chaud

Mon légionnaire

Y avait du soleil sur son front

Qui mettait dans ses cheveux blonds

De la lumière

 

Je sais pas son nom je ne sais rien de lui

Il ma aimé toute la nuit

Mon légionnaire

Et me laissant à mon destin

Il est parti dans le matin

Plein de lumière

Il était mince il était beau

Il sentait bon le sable chaud

Mon légionnaire

Y avait du soleil sur son front

Qui mettait dans ses cheveux blonds

De la lumière

 

On l’a trouvé dans le désert

Il avait ses beaux  yeux ouverts

Dans le ciel passaient des nuages

Il a montré ses tatouages

En souriant et il a dit

Montrant son cou « pas vu pas pris »

Montrant son cœur « ici personne »

Il savait pas… je lui pardonne

 

Je rêvais pourtant que le destin

Me ramènerait un beau matin

Mon légionnaire

Qu’on s’en irait seuls tous les deux

Dans quelque pays merveilleux

Plein de lumière

Il était mince il était beau

On l’a mis sous le sable chaud

Mon légionnaire

Y avait du soleil sur son front

Qui mettait dans ses cheveux blonds

De la lumière !

 

 

 

 

vendredi 11 avril 2008 21:01 , dans Chansons - Opérettes - Opéras


Je suis à vous


 

Paroles d’A. OLIVIER é DAVERDAIN & Musique d’ARIS

 

Je me souviens encore

C’est pourtant le passé

De la première aurore

Qui nous vit enlacés

Je suis à vous pour toujours, rien qu’à vous

Votre amour dans ma vie… c’est tout

Mon seul bien, mon trésor, mon bonheur

Des fleurs de mon jardin, c’est la plus belle fleur

Je suis à vous pour toujours, rien qu’à vous

Je ne puis vous offrir malgré tout

Que mon cœur qui ne bat que pour vous

C’est peu de chose et pourtant c’est beaucoup.

 

Combien de fois des larmes

S’échappent de mes yeux

Quand mon cœur plein d’alarmes

Doute de vos aveux.

 

Je me souviens encore

C’est pourtant le passé

De la première aurore

Qui nous vit enlacés

Je suis à vous pour toujours, rien qu’à vous

Votre amour dans ma vie… c’est tout

Mon seul bien, mon trésor, mon bonheur

Des fleurs de mon jardin, c’est la plus belle fleur

Je suis à vous pour toujours, rien qu’à vous

Je ne puis vous offrir malgré tout

Que mon cœur qui ne bat que pour vous

C’est peu de chose et pourtant c’est beaucoup.

 

 

 

vendredi 11 avril 2008 20:53 , dans Chansons - Opérettes - Opéras


C’est la Valse des Matelots

Paroles de DAVERDAIN & Musique d’ ARIS-MERIAT

 

Minuit sonne au parc, c’est la fête

Tout s’éclaire au bord de l’au

Au son d’une valse musette

On danse au Bal des matelots

Soudain le signal de détresse

Dans la nuit sone comme un glas

Vers le canot les gars s’empressent

Adieu la fête, on meurs là-bas

Et vers le ciel noir monte un chant d’espoir

 

La vraie valse des matelots

C’est la valse qu’on danse sur les flots

Les marins bravent la rage

De la tempête et de l’orage

Les pompons rouges, les cols bleus

Sont avant tout courageux

C’est sur les flots

Que l’on danse la Valse des matelots

 

Sur le quai la foule s’empresse

Les marinz viennent d’arracher

A la mer perfide et traîtresse

Tous les malheureux naufragés

Mais de nouveau on les appelle

La sirène commande à présent

Partant pour des rives nouvelles

Ils vont sur l’immense océan

Peut être demain

Le ciel marocain

Sera le témoin

De leur triste destin.

 

La vraie valse des matelots

C’est la valse qu’on danse sur les flots

Les marins bravent la rage

De la tempête et de l’orage

Les pompons rouges, les cols bleus

Sont avant tout courageux

C’est sur les flots

Que l’on danse la Valse des matelots

 

 

 

 

 

vendredi 11 avril 2008 20:52 , dans Chansons - Opérettes - Opéras


|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à monicamelody

Vous devez être connecté pour ajouter monicamelody à vos amis

 
Créer un blog